Imaginaire arthurien d’hier et d’aujourd’hui

Dès sa réalisation écrite, dans notre première littérature française, l’imaginaire arthurien a connu un succès jamais démenti, au point qu’aujourd’hui il a l’hégémonie dans les représentations que le grand public se fait de la littérature médiévale, voire du Moyen Âge.

Cet imaginaire constitue la base de très nombreux phénomènes culturels relevant du médiévalisme, comme la littérature de fantasy et ses dérivés cinématographiques et ludiques (jeux de plateau ou jeux vidéo). Il est même l’ingrédient clé de nombre de succès mondiaux (Harry Potter, Game of Thrones…), et semble alors non seulement traverser les époques, mais aussi transcender les différences culturelles des grandes aires géographiques mondiales.

La recherche littéraire s’est beaucoup penchée sur les manifestations de cette influence de l’imaginaire arthurien, peu sur ses causes, ou alors incidemment, et la plupart du temps de manière particulière à une œuvre, et non de manière systématique. Pour réaliser une telle étude, nous croiserons les outils de la littérature française et de la littérature générale et comparée, qui demeurent indispensables, avec l’anthropologie, et notamment la spécialité d’ethnologie de la littérature, afin de comprendre l’aspect transculturel du phénomène. Enfin, on utilisera aussi les outils de la psychologie, en convoquant également la psychanalyse avec discernement, afin de rendre compte des invariants de la psyché humaine qui pourraient expliquer la pérennité de l’imaginaire arthurien.

Programme prévisionnel

Matinée : pérennités littéraires de l’imaginaire arthurien

8 h 30 Accueil

9 h 00 Le mot d’introduction des organisateurs

9 h 15 Michèle GALLY : « Le royaume arthurien ou l’échec des utopies »

10 h pause

10 h 15 Elodie BURLE : « Arturus next : d’un Arthur à l’autre »

11 h 00 Francesca MANZARI : “Les femmes de la légende arthurienne dans l’œuvre de Marion Zimmer Bradley”

12 h pause déjeuner

Après-midi : les jeux de l’imaginaire arthurien

14 h 00 : Bernard JEANNOT-GUERIN : « Les motifs arthuriens dans les comédies musicales françaises »

14 h 45 : Laurent-Sébastien FOURNIER : « Le tournoi, entre imaginaire littéraire et réalité ethnographique »

15 h 30 : Pause

15 h 45 : Audrey TUAILLON DEMESY : « De l’écrit au vécu : l’usage des légendes arthuriennes en reconstitution historique. »

Contact organisateurs :

adeline.duperray@univ-amu.fr

vincent.brejard@univ-amu.fr

Adeline RICHARD-DUPERRAY, Amour et passe amour, Lancelot-Guenièvre, Tristan-Yseut dans le Lancelot en prose et le Tristan en prose : étude comparative

Thèse soutenue le 19 décembre 2003, sous la direction de Chantal CONNOCHIE-BOURGNE.

Les personnages de Tristan et Yseut étaient absents de la grande Somme arthurienne que fut le Lancelot en prose, roman français du XIIIe siècle. Le projet qu’avait formé l’auteur du Tristan en prose (au XIIIe siècle également) était de surpasser celui du Lancelot en entremêlant la célèbre légende de Tristan et Yseut et celle du royaume de Logres pour produire la Somme romanesque définitive. Il a pris pour modèles des amants de Cornouailles, non seulement les personnages de Tristan et Yseut des légendes en vers, mais aussi ceux de Lancelot et de Guenièvre du Lancelot en prose (qui sont par ailleurs toujours présents dans le Tristan en prose). Tristan et Yseut sont une création originale de l’auteur du Tristan et non un simple démarcage du couple de Lancelot et de Guenièvre du Lancelot en prose. C’est dans une large mesure qu’ils s’écartent de leurs modèles, tout en conservant une apparente similitude avec eux. Dans le Tristan en prose lui-même, les personnages de Lancelot et Guenièvre ne sont plus vraiment fidèles à ce qu’ils étaient dans le Lancelot mais ont été influencés par une éthique nouvelle incarnée par Tristan et Yseut qui inversent le rapport de modèle à émule. Enfin, toutes les modifications présentes chez les deux couples du Tristan étaient déjà en germe, de manière plus ou moins dissimulée, dans le Lancelot. Les deux romans présentent pour point commun de comporter un hiatus éthique, puisque le sentiment amoureux y est présenté à la fois comme destructeur pour l’individu, âme et corps, et pour la société, mais aussi comme principe créateur de l’œuvre. Cette contradiction fondamentale n’est que le reflet de celle qui est au cœur du langage lui-même, matériau de base des œuvres qui reflètent à la fois leur amour des mots et leur peur face aux dangers qu’ils recèlent.

Tristan and Yseut were absent from the Lancelot in prose.  The Tristan in Prose planned to exceed the Lancelot by intermingling the legend of Tristan and Yseut and of the kingdom of Logres. He took as the Cornish lovers’ models the Tristan and Yseut from the verse poems, and Lancelot and Guenièvre from Lancelot in Prose. Tristan and Yseut are an original creation of the author of Tristan and not a copy of Lancelot and Guenièvre. In Tristan, Lancelot and Guenièvre are no longer totally faithful to how they were in Lancelot but have been influenced by new ethics embodied by Tristan and Yseut which reverse the relationship of original to successor. Lastly, all the modifications present in the two couples of Tristan were already visible in Lancelot. The common point proposed by the two novels is an ethical hiatus, since love is there presented as a destroyer of the man, and as the creative principle of the work. This contradiction is the one which is at the heart of language itself. 

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2007 par les Publications de l’Université de Provence (PUP), à Aix-en-Provence (actuellement Presses Universitaires AMU, PUAM) : AMOUR ET PASSE AMOUR, Lancelot-Guenièvre, Tristan-Yseut dans le Lancelot en prose et le Tristan en prose.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search