Elodie Burle-Errecade, “Le Fou d’Elsa” de Louis Aragon : le sujet médiéval réinventé

Nbre ou N° pages : 314

Editeur : Honoré Champion

Année : 2023

Revue, Collection, Ouvrage collectif : Collection “Mémoire du Moyen Âge”

Type de production : Livre

n° ISBN (ou ISSN) : 9782745358721

Avec Le Fou d’Elsa, Louis Aragon confirme que le Moyen Âge est pour lui une source de fascination et d’inspiration. La Grenade médiévale de Boabdil, Colomb ou le Medjnoûn sont des espaces rêvés, théâtres de rencontres entre l’Orient et l’Occident. Si la référence à la période et les réflexions qu’elle porte ne sont pas nouvelles, elles trouvent une place signifiante dans le poème, produisant un « effet » médiéval. En 1963, comme en 1942, le chant d’amour traditionnel, transcendant les genres littéraires et envisagé comme une solution, continue de répondre aux préoccupations contemporaines du poète. Les expériences amoureuses et poétiques se disent encore et toujours dans la mélancolie du conflit. La rumination lyrique et sa perpétuelle interrogation s’inscrivent dans une tapisserie médiévale et remettent le sujet au centre d’un dispositif de réinvention.

Elodie Burle-Errecade "Le Fou d'Elsa" de Louis Aragon : le sujet médiéval réinventé

Imaginaire arthurien d’hier et d’aujourd’hui

Dès sa réalisation écrite, dans notre première littérature française, l’imaginaire arthurien a connu un succès jamais démenti, au point qu’aujourd’hui il a l’hégémonie dans les représentations que le grand public se fait de la littérature médiévale, voire du Moyen Âge.

Cet imaginaire constitue la base de très nombreux phénomènes culturels relevant du médiévalisme, comme la littérature de fantasy et ses dérivés cinématographiques et ludiques (jeux de plateau ou jeux vidéo). Il est même l’ingrédient clé de nombre de succès mondiaux (Harry Potter, Game of Thrones…), et semble alors non seulement traverser les époques, mais aussi transcender les différences culturelles des grandes aires géographiques mondiales.

La recherche littéraire s’est beaucoup penchée sur les manifestations de cette influence de l’imaginaire arthurien, peu sur ses causes, ou alors incidemment, et la plupart du temps de manière particulière à une œuvre, et non de manière systématique. Pour réaliser une telle étude, nous croiserons les outils de la littérature française et de la littérature générale et comparée, qui demeurent indispensables, avec l’anthropologie, et notamment la spécialité d’ethnologie de la littérature, afin de comprendre l’aspect transculturel du phénomène. Enfin, on utilisera aussi les outils de la psychologie, en convoquant également la psychanalyse avec discernement, afin de rendre compte des invariants de la psyché humaine qui pourraient expliquer la pérennité de l’imaginaire arthurien.

Programme prévisionnel

Matinée : pérennités littéraires de l’imaginaire arthurien

8 h 30 Accueil

9 h 00 Le mot d’introduction des organisateurs

9 h 15 Michèle GALLY : « Le royaume arthurien ou l’échec des utopies »

10 h pause

10 h 15 Elodie BURLE : « Arturus next : d’un Arthur à l’autre »

11 h 00 Francesca MANZARI : “Les femmes de la légende arthurienne dans l’œuvre de Marion Zimmer Bradley”

12 h pause déjeuner

Après-midi : les jeux de l’imaginaire arthurien

14 h 00 : Bernard JEANNOT-GUERIN : « Les motifs arthuriens dans les comédies musicales françaises »

14 h 45 : Laurent-Sébastien FOURNIER : « Le tournoi, entre imaginaire littéraire et réalité ethnographique »

15 h 30 : Pause

15 h 45 : Audrey TUAILLON DEMESY : « De l’écrit au vécu : l’usage des légendes arthuriennes en reconstitution historique. »

Contact organisateurs :

adeline.duperray@univ-amu.fr

vincent.brejard@univ-amu.fr

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search